Details

Potentialités de gestion concertée de espaces de végétation naturelle en périphérie du parc national de Zakouma (Tchad) "Possibilities of a concerted management of the areas of natural vegetation around Zakouma national park (Chad)"

by Hanon, Laurence M.S.

Abstract (Summary)
R É S U M É I. Actuellement, en Afrique sub-saharienne, les acteurs de la conservation considèrent que la survie à long terme de la faune sauvage ne peut être assurée que par le maintien de son habitat en dehors des aires de conservation intégrale. Dans cette optique, les projets de conservation tentent de préserver des étendues de végétation naturelle au sein de « zones tampons » ou de « corridors de migration » dans la périphérie des aires protégées. Cette thèse s’est intéressée aux possibilités de conserver de tels espaces en concertation avec les populations riveraines du parc national de Zakouma, une aire protégée du Sud-est du Tchad. Notre objectif a été de rechercher des solutions aux problèmes que rencontrent généralement les aménagistes dans cette action. Notre hypothèse est que l’aménagement des périphéries d’aires protégées doit s’appuyer sur une meilleure identification des déterminants locaux de l’exploitation des espaces de végétation naturelle, et que leur analyse doit s’appuyer sur une approche spatiale. II. Plusieurs étapes de recherches ont permis d’alimenter notre réflexion : Une première phase de terrain a été tout d’abord été menée à Am Choka, un village représentatif de la zone la plus densément peuplée de la périphérie est du PNZ. Les objectifs visés étaient i.) d’une part, de déterminer les activités humaines affectant le plus le paysage végétal naturel de la périphérie du parc, et donc susceptibles d’annihiler son rôle de « zone tampon », et ii) d’autre part, d’identifier les savoir-faire et les facteurs socioéconomiques et politiques qui régissent l’exploitation des espaces de végétation naturelle. Outre l’observation participante au village, des cartographies fines du terroir et des zones d’exploitation, ainsi que des entretiens semi-structurés ont été réalisés sur le terrain. La seconde phase de recherche a été consacrée à la réalisation d’un outil cartographique dans le but (i) d’évaluer l’état de la zone périphérique en terme de répartition et d’occupation relative des diverses formations végétales naturelles par rapport à l’emprise agricole, et ii.) d’en déduire les zones de la périphérie les plus susceptibles de faire l’objet d’un processus de gestion des espaces de végétation naturelle. A cet effet, quatre images satellites récentes ont été acquises. Les opérations de terrain ont donné lieu à 234 relevés sur ligneux et 2440 relevés qualitatifs d’autres types d’occupation du sol. Ces relevés ont été utilisés pour l’interprétation des scènes satellites en unités cartographiques. La troisième phase de recherche a porté sur une analyse du dispositif d’aménagement récemment proposé pour la zone périphérique du PNZ par le projet gestionnaire du parc. Notre objectif était de mettre en évidence, les modalités réelles de prise en compte de l’organisation locale de l’exploitation ou de la gestion des espaces de végétation naturelle, et de les confronter avec les connaissances acquises lors de la première phase de recherche. III. La recherche aboutit aux résultats suivants : Les populations rurales ont une bonne connaissance du milieu physique et utilisent une typologie qui leur permet de localiser les différentes composantes de leur terroir et de leur finage, et d’en évaluer le potentiel. La défriche des espaces de végétation naturelle à des fins agricoles est régie par des instances coutumières villageoises et cantonale qui exercent un fort pouvoir en matière de gestion du foncier et de planifications agricoles. La culture du sorgho repiqué (berbéré - Sorghum bicolor) constitue la principale source de réduction des espaces de végétation naturelle. Elle modifie le paysage sur de grandes portions de territoire car sa mise en place nécessite un essartage intégral des savanes à Acacia seyal. L’accès et l’usage des espaces de végétation naturelle pour la collecte de produits forestiers ligneux et non-ligneux sont libres et non liés à la propriété foncière. L’exploitation de ces produits n’entraîne pas de coupe à blanc mais les contraintes d’exploitation conditionne l’étendue spatiale du finage autour d’un village donné. Certaines zones du finage sont cependant l’objet de bornages fonciers en vue de projets agricoles à plus ou moins long terme. Les travaux cartographiques ont abouti à l’appréciation de l’étendue et de répartition des formations végétales naturelles. Le sorgho de décrue occupe un peu moins de 5% de la totalité de la superficie de zone périphérique. Les zones de cultures sont concentrées pour l’essentiel à l’est et au nord de l’aire protégée. Un dixième de la superficie d’origine des savanes à Acacia seyal a déjà été exploité à des fins agricoles. Cette carte peut être exploitée pour localiser les zones d’enjeux entre conservation et développement économique. Cet exercice permet de reconsidérer la délimitation en zones de protection de la périphérie. Dans sa formulation, le « plan de gestion » témoigne largement d’une volonté d’associer les populations riveraines à l’aménagement de la périphérie du parc. Cette collaboration sera certainement entravée par l’absence de compensation en contrepartie de la limitation du développement agricole au profit de l’habitat de la faune sauvage. Par contre, elle pourrait être favorisée si le zonage proposé correspondait aux limites des terroirs et des finages. Un préliminaire à tout processus de gestion concertée des espaces de végétation naturelle est aussi l’identification des décideurs qui ont autorité sur ces espaces. L’étude débouche sur suggestions permettant aux aménagistes leurs permettant d’atteindre leurs objectifs de conservation de la faune et de son habitat en concertation avec les populations riveraines. Ces recommandations peuvent certainement être adaptées à d’autres contextes d’aménagement des périphéries d’aires protégées.
This document abstract is also available in English.
Bibliographical Information:

Advisor:Roulet, Pierre-Armand; Poilecot, Pierre; Joiris, Véronique; Visser, Marjolein; Bogaert, Jan; De Cannière, Charles; Lejoly, Jean

School:Université libre de Bruxelles

School Location:Belgium

Source Type:Master's Thesis

Keywords:zone tampon/buffer ; projet de conservation e terroir/terroir parties prenantes locales/local stakeholders enquêtes socio-économiques/socio-economic surveys

ISBN:

Date of Publication:12/17/2008

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.