Details

Production de viande et de lait en prairie. Effets du chargement et de la fertilisation azotée minérale sur les performances animales et sur le cycle de l'azote. Meat and milk production from grass. Effect of stocking rate and mineral nitrogen fertilisation on animal performance and nitrogen cycle.

by Dieguez Cameroni, Francisco

Abstract (Summary)
De nos jours, la production agricole est soumise à certaines restrictions avec l'objectif de contrôler limpact environnemental et les volumes de production. Ces restrictions ont entrainé des modifications du niveau d'intensification de la production. En ce qui concerne lélevage des ruminants, le niveau d'intensification est défini par le chargement (animaux/ha) et la fertilisation minérale (kg/ha). La réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) en 1992 a instauré des « méthodes de production agricole compatibles avec les exigences de la protection de l'environnement ainsi que l'entretien de l'espace naturel » (Règlement (CEE) N° 2078/92 du Conseil du 30 juin 1992, J.O.C.E. N°L 215 du 30/7/92 ; MRW, 1997). La réduction du niveau d'intensification de la production se trouvait parmi ces mesures. En élevage viandeux, elle était encouragée par l'octroi de primes aux éleveurs ne dépassant pas un seuil de chargement de 2 UGB/ha. Ces primes permettaient de compenser la perte de production due à la réduction du niveau dintensification. De plus, des primes à l'extensification pouvaient être obtenues pour les chargements inférieurs à 1,4 UGB/ha. Ces mesures, conjointement au système des quotas, ont permis de maîtriser aussi le volume de la production à grande échelle. Actuellement, suite au principe du découplage décidé lors de la réforme à mi parcours de lAgenda 2000 en juin 2003 et qui correspond aux dernières réformes de la PAC, loctroi de primes nest plus lié au volume des productions, mais bien à la surface. Chaque exploitant doit disposer de « droits » quil doit activer en justifiant les superficies correspondantes. Ces droits sont calculés sur base des superficies et des animaux qui ont donné lieu à un paiement daides directes au cours des années de références 2000, 2001 et 2002. Une fois les droits justifiés et un ensemble de conditions appelées « conditionnalité », liées à lenvironnement (Directive Nitrate), à la sécurité alimentaire et au bien-être des animaux, respectés, lexploitant pourra obtenir le «paiement unique». Les Etats Membres peuvent choisir de découpler certaines productions comme cest le cas pour les vaches allaitantes en Belgique. De plus, les règlements liés à la « Directive Nitrate » ont permis de mieux prendre en compte les effluents délevage et ont provoqué une diminution de la fertilisation azotée susceptible de diminuer la production, lazote étant le premier minéral limitant pour la croissance végétale. Cependant, dans les prairies pâturées, on constate souvent un bilan azoté positif. Lazote en excès est susceptible de sortir du système en étant lessivé sous forme de nitrate avec un risque de pollution environementale. La réduction de l'intensification de la production obtenue soit par une réduction de la fertilisation azotée soit par la réduction du chargement ou les deux facteurs conjugués, peut provoquer une diminution des déjections déposées sur les parcelles et une réduction du bilan azoté. On peut ainsi obtenir une réduction de la pollution des eaux (notamment par les nitrates) ainsi que les émissions des composants azotés volatils (ammoniac et oxyde nitreux). Les résultats dune série d'essais menés pendant six années consécutives sur des prairies pâturées par les principaux types de spéculation bovine, la vache allaitante, la vache laitière et le taurillon, sont présentés et discutés dans cette thèse. Le fil conducteur des essais a été un protocole semblable dans ces trois spéculations. Ce protocole visait à comparer d'une part, la réduction de 33% de la fertilisation azotée sans réduction du chargement et d'autre part, le rapport entre ces deux systèmes et un système sans apport d'azote minéral. Les paramètres étudiés ont été les performances zootechniques, phytotechniques, le bilan azoté et, pour les spéculations des vaches laitières et des taurillons, les reliquats azotés dans le sol. En plus, dans la spéculation "taurillon", les trois lots soumis au pâturage ont été comparés à un lot engraissé en stabulation.
Bibliographical Information:

Advisor:Godeau, Jean-Marie; Farnir, Frédéric; Lekeux, Pierre; Dufrasne, Isabelle; Lambert, Richard; Hornick, Jean-Luc; Istasse, Louis; Froidmont, Eric; Nicks, Baudouin; Guyot, Hugues; Clinquart, Antoine

School:Université de Liège

School Location:Belgium

Source Type:Master's Thesis

Keywords:production viande lait prairie chargement fertilisation azotee cycle azote stocking rate nitrogen fe

ISBN:

Date of Publication:08/26/2008

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.