Details

Nature et déterminants des phénomènes de violences en milieu scolaire/Nature and factors of violence in schools

by Galand, Benoît

Abstract (Summary)
Dans le cadre de cette thèse, plus de 6000 élèves et 1500 membres d'équipes éducatives provenant de 50 écoles ont participé à des études visant à mieux comprendre la nature et les déterminants des phénomènes de violence en milieu scolaire. La thèse s'articule autour de quatre questions principales. Nous nous sommes d'abord interrogés sur la nature et l'ampleur des phénomènes de violence à l'école. Les résultats des enquêtes réalisées invitent à recadrer le problème. D'une part, l'image globale de l'école qui se dégage des réponses des élèves semble dominée par des aspects positifs. D'autre part, ce qui « fait violence » ne se compose pas principalement d'agressions physiques, mais plutôt de petits incidents considérés comme un manque de respect, de désengagement et d'ennui, de tensions relationnelles entre élèves, entre membres des équipes éducatives, entre enseignants et élèves, etc. Nous nous sommes ensuite posés la question du poids respectif de différentes variables dans les phénomènes qui font violence à l'école. Les résultats obtenus indiquent une faible influence des caractéristiques socio-démographiques et scolaires des élèves sur les différents phénomènes étudiés, sauf au niveau des différences entre établissements, où la concentration au sein de certains établissements d'un public relégué par le système scolaire agit comme un facteur de risque. Mais quel que soit le niveau d'analyse, les résultats suggèrent une influence appréciable des perceptions qu'ont les élèves des pratiques d'enseignements auxquelles ils sont confrontés, des perceptions qu'ils ont de la qualité des relations proposées par les enseignants, et de leur sentiment d'appartenance à leur école. Puis, nous nous sommes demandés sur quoi se fondent ces perceptions des élèves. Les résultats présentés indiquent que celles-ci sont relativement indépendantes des caractéristiques socio-démographiques et scolaires et ne sont pas le simple reflet des différences individuelles entre élèves. Ces perceptions semblent partiellement partagées par les élèves d'une même classe, montrent une convergence certaine avec les perceptions des enseignants et ont des effets parallèles à des manipulations expérimentales correspondant aux pratiques auxquelles elles se réfèrent. Au total, les perceptions qu'ont les élèves de leur environnement scolaire semblent bien refléter des variations contextuelles. Enfin, nous nous sommes interrogés sur l'étendue ou la transversalité des effets de ces perceptions du contexte scolaire. Les résultats laissent penser que ces perceptions ont des effets cohérents sur une large gamme de phénomènes (motivation, relations intergroupes, transgression, agression, etc.). Ces résultats suggèrent qu'un même paramètre du contexte peut avoir des effets sur plusieurs dimensions de la vie d'une personne. Les résultats indiquent en outre que les perceptions relatives aux aspects pédagogiques sont fortement associées à celles relatives aux aspects relationnels, ce qui suggère que les effets sont surtout dus à des configurations de facteurs plutôt qu'à des facteurs isolés. Etant donné leur caractère transversal, il est possible que tous ces effets soient sous-tendus par des processus communs, comme par exemple ceux proposés par la théorie de l'auto-régulation. Les implications pratiques de ces résultats sont détaillées au niveau des pratiques mises en œuvre par les équipes éducatives, au niveau de la gestion des établissements et au niveau de la régulation de l'institution scolaire.
Bibliographical Information:

Advisor:

School:Université catholique de Louvain

School Location:Belgium

Source Type:Master's Thesis

Keywords:conflit intergroupe aggression intergroup conflict agression motivation violence

ISBN:

Date of Publication:09/07/2001

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.