Details

Impacts environnementaux de l'industrialisation et du commerce international en Chine : cas de l'émission industrielle de SO2

by He, Jie

Abstract (Summary)
La Chine, pays le plus peuplé du monde, connaît depuis une quinzaine d'années des taux de croissance spectaculaires. Malheureusement, cette croissance a aussi été accompagnée d'une très forte dégradation de l'environnement et a positionné la Chine parmi les pays les plus pollués du monde, notamment au niveau de son atmosphère. Ainsi, le considérable succès que représente cette croissance économique, au point de vouloir présenter la Chine comme la prochaine première puissance économique mondiale, conduit à poser la question de sa soutenabilité. Nous postulons que la croissance actuelle de la Chine ne pourra être durable que dans la mesure où elle n'hypothèque pas celle de son futur. Cette thèse se base sur le cas de l'émission industrielle de SO2 ? la pollution aérienne la plus importante en Chine. En analysant son évolution au cours des années 1990 et en se focalisant sur ses relations avec la croissance économique, l'industrialisation et l'ouverture commerciale ? les trois caractères les plus évidents du développement économique chinois ?, cette thèse vise à identifier la possibilité et les conditions nécessaires et suffisantes pour la Chine de réaliser un développement soutenable. Après une revue de la littérature sur la Courbe de Kuznets Environnementale (CKE), nous commençons notre analyse par l'étude d'une CKE de forme réduite (Chap. 2), qui révèle une relation assez optimiste entre la croissance chinoise et l'émission industrielle de SO2 par tête. Cependant, cette CKE « par tête » ne garantit pas un même retournement de trajectoire pour l'émission industrielle totale de SO2. Bien que notre analyse prédise ce retournement aux environs de 9000 yuan par tête (prix constants 1990) pour le cas de l'émission industrielle de SO2 par tête, l'évolution de l'émission industrielle de SO2 totale semble continuer à augmenter. Pour comprendre les raisons de cette tendance à la hausse de l'émission industrielle de SO2 totale, nous menons deux analyses structurelles, dans lesquelles les variations de l'émission sont décomposées de façon paramétrique (Chap. 3) et non-paramétrique (la méthode de décomposition de l'indice de Divisia basée sur des données détaillées de la production et de l'intensité d'émission de SO2 de 13 secteurs industriels dans chaque province entre 1991 et 2002, Chap. 4) en contributions de ses trois déterminants structurels - effets d'échelle, de composition et de technique. Les résultats montrent que le revenu par tête fonctionne comme une variable omnibus qui capte les effets des trois déterminants structurels et révèle seulement un « effet net » de la croissance sur l'environnement. Le détail de nos analyses permet cependant de trouver les véritables raisons de cette tendance à la hausse de l'émission industrielle de SO2. Cela serait principalement dû à une domination de l'effet d'échelle sur l'effet réducteur d'émission issu des progrès techniques, le tout combiné à une transformation de la composition industrielle exerçant un modeste impact à la hausse des émissions dans la plupart des provinces chinoises. La seconde partie de cette thèse accroît ses efforts de décomposition en donnant une attention particulière au rôle déterminant du commerce international sur l'émission. Perçu par certains économistes pessimistes comme un canal à travers lequel les pays riches déchargeaient leurs fardeaux de pollution sur leurs partenaires commerciaux relativement plus pauvres (hypothèse de « havre de pollution »), le commerce international a ainsi souvent été considéré comme une explication statique de la formation d'une relation en U inversé entre le revenu et la pollution. Cependant, les trois analyses menées dans cette partie, en recherchant les différents canaux de transmission à travers lesquels le commerce affecte les trois déterminants structurels de l'émission, nous offrent pour la Chine des preuves très limitées en faveur de l'hypothèse de « havre de pollution ». Etant donné que l'avantage comparatif de la Chine basé sur sa dotation extrêmement riche en travail est beaucoup plus attractif que son avantage de « havre de pollution », la conclusion d'une analyse de style Antweiler, Copeland et Taylor (ACT, 2001) au Chapitre 5 nous montre que la libéralisation commerciale peut réduire les dangers d'une augmentation de pollution liée à l'effet de « havre de pollution » en guidant la transformation de la composition industrielle chinoise vers les secteurs intensifs en travail, souvent considérés comme moins polluants. Le rôle du commerce sur l'environnement n'est cependant pas aussi simple. Dans le Chapitre 6, en re-employant les résultats de la décomposition de Divisia du Chapitre 4, nous vérifions les impacts indirects du commerce (exportations et importations introduites de façon séparées) sur l'émission à travers les trois déterminants structurels. Cette analyse confirme l'impact significativement positif du commerce dans l'élargissement de l'échelle de production et sur les progrès techniques. Les analyses basées sur un système d'équations simultanées au Chapitre 7 nous permettent de combiner ces trois aspects des impacts indirects du commerce sur l'émission et d'inclure leurs interactions potentielles dans une même estimation. Les résultats révèlent que le rôle total des exportations est positif pour l'environnement mais que celui des importations (mesurées par l'accumulation de machines et d'équipements importés) est négatif. Dans le modèle en Equilibre Général Calculable (EGC) du Chapitre 8 (Partie 3), nous relions directement les résultats de l'émission à la combustion des énergies dans les activités productives et incluons toutes les interactions entre les variables économiques et l'environnement dont nous avons pu discuter dans les chapitres précédents pour la spécification du modèle. Ce modèle nous offre l'opportunité de paramétrer et de simuler de multiples aspects des relations entre croissance, ouverture commerciale et émission. Les simulations basées sur ce modèle nous permettent d'obtenir des comparaisons numériques de l'ampleur des impacts environnementaux du commerce et de la croissance économique. La conclusion de ce chapitre montre que, sans une politique de contrôle de pollution plus efficace, la croissance économique chinoise devrait s'avérer très polluante et que l'accession à l'OMC devrait provoquer une hausse supplémentaire mais marginale de pollution. En considérant les dangers potentiels de cette situation sur l'environnement chinois, nous décidons de rechercher dans le dernier chapitre de cette thèse (Chap. 9) l'effet de « feedback » potentiel de la pollution sur la capacité de croissance de l'économie chinoise. Les résultats confirment un effet négatif de l'émission de SO2 sur la prévalence des maladies chroniques au sein de la population. Une fois dépassé le seuil de 8 g/m2, une augmentation de 1g/m2 de la densité de l'émission industrielle de SO2 accroît la probabilité pour une personne représentative de souffrir de maladies chroniques de 0,25%. Cependant, si les progrès techniques réalisés dans les activités de contrôle de la pollution augmentent de façon continue dans le temps, nos résultats indiquent également une dynamique potentielle pouvant réduire de façon graduelle l'impact négatif de la pollution sur la santé avec la croissance économique. En résumé, les analyses menées dans cette thèse présentent un certain nombre de défis à relever et d'opportunités à saisir pour que la Chine puisse poursuivre un chemin de développement qui soit soutenable. Etant donnée la tendance actuelle à la détérioration de son environnement, la capacité de la Chine à préserver une croissance soutenable dans le futur dépendra étroitement de l'adoption de progrès techniques (conditions suffisantes) et d'un fonctionnement efficace et plus strict des politiques de contrôle de pollution (conditions nécessaires), ainsi que d'une meilleure efficacité des systèmes institutionnels et de marché.
Bibliographical Information:

Advisor:

School:

School Location:

Source Type:Master's Thesis

Keywords:humanities and social sciences economics chine émission de so2 courbe kuznets environnementale cke commerce effet br d échelle composition technique données en panel décomposition divisia modèle équilibre général calculable gec santé

ISBN:

Date of Publication:12/08/2006

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.