Details

Impact de la rémunération mixte sur les médecins spécialistes du Québec

by Dumont, Étienne

Abstract (Summary)
Ce mémoire porte sur la rémunération mixte des médecins spécialistes du Québec

introduite en septembre 1999. Celle-ci comprend un per diem (ou demi per diem) et une

rémunération partielle à l’acte. À l’aide de de données de type panel sur les médecins

pour la période de 1996-2002 (avant et après la réforme), nous avons analysé le comportement

des médecins qui ont adhéré à ce nouveau mode de rétribution. Les données

sont issues de la Régie de l’assurance-maladie du Québec et du Collège des médecins

du Québec.

L’approche de différence en différences a servi à contrôler le biais de sélection. Cette

méthode consite à comparer un groupe traitement et un groupe témoin avant et après

l’introduction de la rémunération mixte. Le groupe traitement est constitué des médecins

recevant une partie de leur rétribution à la rémunération mixte en 2001 et 2002

et le groupe témoin est formé des médecins dont les revenus proviennent exclusivement

de la rémunération à l’acte. Nous avons utilisé les moindres carrés ordinaires à effet

aléatoire et à effet fixe et en présence d’observations censurées le tobit à effet aléatoire

pour réaliser nos estimations.

La rémunération mixte n’aurait pas fait diminuer les heures cliniques et les heures

au travail. Elle aurait engendré deux substitutions. D’une part, les médecins ont substitué

des heures en cabinet privé par des heures en établissement. D’autre part, les

médecins ont augmenté les heures d’enseignement aux dépens des heures de recherche.

La rémunération aurait fait augmenter les revenus des médecins de 7%. Le volume des

actes facturables à la rémunération mixte et le nombre de patients ont diminué de 24%

et de 22%. Ces baisses indiquent que la rémunération mixte n’aurait pas aidé à diminuer

les listes d’attente. Cependant, nos résultats semblent confirmer une hausse dans

la qualité des actes pratiqués, du moins lorsque celle-ci est mesurée en termes du temps

moyen consacré à chaque acte clinique. En outre, ces baisses peuvent se traduire par

une réduction de la demande induite par les médecins, bien que nous ne disposions pas

de moyens pour valider cette affirmation. L’étude de Dubé[6] a obtenu des résultats

similaires en utilisant les omnipraticiens comme groupe témoin.

Bibliographical Information:

Advisor:Shearer, Bruce

School:Université Laval

School Location:Canada - Quebec / Québec

Source Type:Master's Thesis

Keywords:économie politique

ISBN:

Date of Publication:01/01/2006

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.