Details

Cativeiro e cotidiano num ambiente rural: o Sertão do Médio São Francisco ? Pernambuco (1840-1888)

by de Maupeou, Emanuele Carvalheira

Abstract (Summary)
Ce travail se propose de débattre les rapports esclavagistes dans le quotidien du Sertão brésilien entre 1840 e 1888, à partir d?une recherche documentaire réalisée dans les villes du Pernambouc qui forment la région du moyen São Francisco. La deuxième moitié du XIXe siècle se distingue comme le moment unique de la crise finale du système esclavagiste au Brésil. Ce contexte offre un cadre d?intérêt tout à fait particulier, puisque cette recherche envisage de comprendre la manutention de l?esclavage au Sertão, société plongée elle-même dans une crise interne. En se basant sur deux types de sources qui correspondent à la documentation notariale et ecclésiastique des villes de la région et aux publications par des habitants e des voyageurs, le regard choisi pour comprendre ce moment historique est celui des rapports construits entre esclaves, maîtres et habitants libre pauvre de la région. La crise et la pauvreté ont conduit à un plus grand rapprochement entre les individus de différentes origines sociales et juridiques. Toutefois, la proximité vécue incite les descendants des anciens colons à chercher des alternatives qui les identifient en tant qu?élite et qui les différencient de la masse d?esclave et de travailleurs libres pauvres. Ainsi, dans un contexte peu favorable, les maîtres du Sertão ont utilisé des stratégies qui permettaient, en même temps, le transfert de la main-d??uvre servile à d?autres régions du pays et le maintien de l?esclavage dans le quotidien local. Ces stratégies passaient par l?adoption de pratiques comme celle de la copropriété, de la reproduction naturelle des esclaves et de l?inclusion d?indiens métis entre les esclaves. Rapproché dans le quotidien, l?ensemble de la population, déjà fortement métisse, finissait par être lié par un réseau de dépendance. Ainsi, la dynamique sociale identifiait tous les individus dans ce réseau qui unissait les habitants par des rapports de parenté, de parrainage et de solidarité, mais aussi de pouvoir et de dépendance. La place de chacun dépend beaucoup de ce que l?individu avait à offrir à la communauté. Comme l'esclave était dépourvu de biens de valeur monétaire, il lui restait les éléments symboliques qui sont également retrouvés dans ce réseau, telles que la parenté, le parrainage, la capacité au travail, la loyauté et la religiosité. Dans une telle dynamique, les individus esclaves sont toujours à la recherche de meilleures conditions de vie, mais, ayant moins à offrir, ils finissent par être le côté le plus vulnérable de la relation construite avec d'autres personnes. Pour cela, les conséquences de la pauvreté sont toujours plus prononcées dans la partie de la population insérée dans une société dans son ensemble plongée dans la fragilité
This document abstract is also available in Portuguese.
Bibliographical Information:

Advisor:Suzana Cavani Rosas; José Raimundo de Oliveira Vergolino; Maria do Socorro Ferraz Barbosa

School:Universidade Federal de Pernambuco

School Location:Brazil

Source Type:Master's Thesis

Keywords:Esclavage Quotidien

ISBN:

Date of Publication:06/27/2008

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.