Details

<No Title Provided>

by Heyes, Scott Alexander

Abstract (Summary)
L’Inuit de Kangiqsualujjuaq a maintenu pendant plus de quatre mille ans, des connections fonctionnelles et spirituelles avec le paysage et les eaux du Québec Arctique. Bien que des études ethnographiques sur cette population océanographique aient révélé leurs relations pragmatiques avec le milieu arctique, il existe moins de connaissances dans le domaine de leurs perceptions terrestres et aquatiques. Entre les années 2003 et 2005, trois voyages d’études à Kangiqsualujjuaq ont été entrepris pour explorer comment trois générations d’Inuits perçoivent l’interface terre/eau; un cadre géographique régulièrement fréquenté et considéré important spirituellement par l’Inuit. Des sondages ont été effectués pour déterminer si l’Inuit considère la mer comme une extension de la terre; une manière de pensée à propos de l’espace qui est commune entre les indigènes insulaires des latitudes sud.

L’étude a impliqué la participation de trente-quatre Inuits provenant de six familles, des hommes et des femmes, dont les ancêtres ont résidé dans des camps de chasse individuels le long de la côte de la Baie d’Ungava. Utilisant une approche intergénérationnelle pour explorer si les perceptions de l’interface terre/eau étaient cohérentes ou incohérentes entre et à travers les générations, les participants ont répondu à des questions traitant de concepts spatiaux, de tendances de voyagement, de récits traditionnels, de sens du lieu et de connaissances de chasse. Une série d’exercices de dessin, qui ont été conçus afin de comprendre comment le groupe d’étude percevait en image l’interface terre/eau, furent accomplis par 13 participants Inuit du village et 14 adolescents Inuit étudiant à l’école local. Des méthodes traditionnelles d’apprentissage Inuit et de transmission des connaissances sur l’interface terre/eau furent aussi examinées afin d’établir jusqu’où les instruments pédagogiques ont étayé et formé les perceptions Inuit de ce milieu. Par la suite, une série de cartes de connaissances/schémas furent créés pour chaque unité familiale pour illustrer la circulation des connaissances traditionnelles aussi bien parmi qu’entre les générations Inuit.

Les informations analysées provenant des entretiens et des séries de dessins ont révélé que les perceptions Inuit de l’interface terre/eau changent à un taux alarmant. Les quatre-vingt-dix dessins offrent une vue tangible sur la détérioration de la base des connaissances Inuit de l’interface terre/eau par les changements sur le paysage physique, sur l’interaction social et sur les méthodes pédagogiques nouvelles et non-traditionnelles. S’il n’y a pas d’efforts engagés de la part de Kangiqsualujjuamiut dans un futur rapproché ou immédiat afin de raviver les formes traditionnelles de connaissances, qui appartiennent à l’interface terre/eau tel que la connaissance des noms de lieu, de la nomenclature et des mythologies, alors les jeunes et les générations futures vont probablement s’éloigner spirituellement de la terre et de la mer.

This document abstract is also available in English.
Bibliographical Information:

Advisor:Peter Jacobs (Supervisor1); Wayne H Pollard (Supervisor2)

School:McGill University

School Location:Canada - Quebec / Québec

Source Type:Master's Thesis

Keywords:social sciences geography

ISBN:

Date of Publication:01/01/2007

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.