Details

<No Title Provided>

by Chiasson, Rachelle A

Abstract (Summary)
RESUME ANALYTIQUE

Musiciens et services de renseignements élisabéthains et jacobéens, 1570-1612 : politique, contrôle, et mécénat

Le phénomène de l’implication de musiciens dans les services de renseignements aux confins des époques élisabéthaine et jacobéenne n’a pas été beaucoup exploré jusqu’à date. Il existe cependant des preuves tangibles démontrant que des artistes de différentes disciplines étaient bel et bien concernés lorsqu’ il était question de recrutement au sein de ces services. Deux conseillers à la cour d’Elizabeth Ière, William Cecil, Lord Burghley, et son protégé Sir Francis Walsingham, conçurent un système d’espionnage qui avait comme objet d’infiltrer et d’affaiblir les réseaux d’opposition catholiques en pleine croissance autant sur les fronts étranger que domestique.

Dès 1570, la réforme protestante avait cédé à une crise politico-religieuse de très grande envergure qui eut l’effet de galvaniser les services de renseignements de Burghley et Walsingham, services dont on dit qu’ils furent les premiers d’envergure « moderne ».

Cette crise eut également un effet profond sur le mécénat artistique. Dès 1580, les services de renseignements constituaient ni plus ni moins qu’une industrie en pleine expansion. Artistes et académiques étaient recrutés pour servir dans une guerre secrète à l’image des hostilités ouvertes qui sévissaient sur le continent. Après la mort de Walsingham en 1590, le Baron Essex créa lui-même ses propres services de renseignements qui rivalisèrent avec ceux que gérait Burghley. Essex saisit également l’occasion de se servir de l’appareil secret qu’il avait érigé dans le but de se promouvoir auprès de la reine et au sein de la cour, où les luttes intestines s’intensifiaient durant l’ultime décennie du XVIe siècle.

Des études de cas font la structure de la présente thèse. En examinant des documents d’archives gouvernementaux, des sources primaires, et en analysant les perspectives historiographiques émanant d’études plus récentes, nous dégagerons les preuves d’une implication dans les services de renseignements visant les compositeurs Thomas Morley (chapitre 3), Peter Philips (chapitre 4), ainsi que Cormack MacDermott et Nicholas Lanier (chapitre 5), deux membres de la maison de Robert Cecil. Ce dernier, qui fut créé Baron de Salisbury en 1605, était le fils de Burghley ; il dirigea les services de renseignements jusqu’à sa mort en 1612, le terminus ante quem de cette thèse.

Quoique les activités secrètes de musiciens sont la raison-d’être de notre étude, d’autres artistes furent recrutés au sein des services de renseignements. C’est notamment le cas du grand dramaturge Christopher Marlowe, dont la mort à 29 ans survint en présence d’agents secrets dont l’identité est bien documentée. Le cas de Marlowe aura donné lieu à plusieurs analyses et études spécialisées au fil des ans. En faisant le recensement du cas Marlowe au chapitre 2, nous établirons les bases communes avec notre analyse des musiciens au cœur de cette thèse. Nous saisirons également l’occasion, lors de notre discussion sur Marlowe, de mettre en valeur une approche, en études litéraires, qui valorise les notions du secret et de la surveillance dans les œuvres anglaises renaissantes.

Finalement, il émergera de cette étude une certaine idée des différentes historiographies de la politique et de la religion durant la période en question. Les façons différentes de voir, dans les disciplines d’histoire, la politique et la religion nous semblent être en lien direct avec la façon dont on voit l’évolution des services de renseignements élisabéthains et jacobéens.

This document abstract is also available in English.
Bibliographical Information:

Advisor:Julie Emelyn Cumming (Internal/Supervisor)

School:McGill University

School Location:Canada - Quebec / Québec

Source Type:Master's Thesis

Keywords:communications and the arts music

ISBN:

Date of Publication:01/01/2007

© 2009 OpenThesis.org. All Rights Reserved.